C’est le retour de la Fashion Week !

Mannequins dans les coulisses se préparant à défiler

Sur une échelle de 1 à 10, à combien évaluez-vous les chances d’un jour réussir à apprécier le réveil du lundi matin ? Et pas de faux semblant entre nous hein ! Ça fait maintenant un moment que l’on se connait, et à l’unanimité à la rédaction, on a jugé que nous étions assez proches pour tout se confier… En toute sincérité, de notre côté on a estimé les probabilités à apprécier la mélodie sifflotant si près de nos tympans à 4/10. SAUF, quand c’est un lundi de Fashion-week ! Autant vous dire qu’on a pianoté sur notre clavier toute la soirée pour écrire cette d’amour adressé à la mode, mais d’abord à vous, qui luttez pour une mode engagée !

Parce qu’au-delà du glamour, du prestige et du spectacle que représente la Fashion-week, impossible en 2020, de fermer les yeux sur sa promotion de la fast-fashion. En opposition à la slow fashion, qui prône une consommation raisonnée de produits plus durable, la fast-fashion se caractérise par le renouvellement très (beaucoup trop) fréquent des collections présentent dans les boutiques. Changez souvent pour vendre en masse : voilà le vrai slogan qui devrait figurer sur les panneaux JCDecaux…

Voir le verre à moitié plein

Ben oui, vous savez que nous ne sommes pas du genre à se laisser abattre chez ethiqueprivee ! Au contraire, on cherche, on fouille, on se renseigne sur toutes les innovations mode qui tendant vers un avenir plus vert. Et, ô joie, quand nous sommes tombés sur l’article rédigé par le magazine Vogue à propos de la Fashion-week automne-hiver de Copenhague qui s’est déroulée en tout début d’année, du 27 au 31 janvier 2020. Avant d’aller plus loin, petites précisions sur la, ou plutôt les, fashion-week :

  • Elle a lieu deux fois par an : une en début d’année pour présenter les collections d’hiver, et une autre au début de l’automne pour les collections été
  • Elles se déroulent dans quatre villes principales, les « Big Four », que sont dans l’ordre : New York, Londres, Milan et Paris

Des engagements éthiques

En plus de veiller à limiter l’impact écologique de l’évènement (interdiction des bouteilles plastiques, compensation des émissions carbone…), la PDG de la Fashion Week de Copenhague, Cecilie Thorsmark, a surtout mis en place un cahier des charges très strictes que devront respecter les couturiers pour avoir le droit de présenter leurs collections. Par exemple, « recourir à des textiles issus de l’agriculture biologique, recyclés ou upcyclés à hauteur d’au moins 50% dans toutes les collections, employer des emballages écologiques ou encore, élaborer une scénographie zéro déchet lors des défilés ». Des conditions qui poussent les marques à revoir le fonctionnement en profondeur… Mais comme Rome ne s’est pas faite un jour, le plan d’action s’étale sur 3 ans et prévoit une deadline pour 2021.

Commencer à son échelle

On peut espérer que si certaines des grandes pointures de la mode commencent à donner l’exemple, un élan éthique et écologique souffle enfin durablement sur la mode. En tout cas, dans l’attente de se voir accréditer et d’assister à de shows moins polluants, nous ce que l’on vous propose, c’est tout un tas de marques qui ont déjà pris les devants ! Cultures responsables, conditions de travail valorisées, ingrédients naturels… Découvrez ce qu’elles ont à vous offrir au travers de nos ventes privées en profitant de tarifs privilégiés !

Source : 

https://www.vogue.fr/mode/article/fashion-week-copenhague-ethique-green

© Éthique Privée. Tous droits réservés.