Qu’est-ce que le greenwashing ?

En conséquence de la situation environnementale actuelle, de nombreuses marques se rendent compte qu’il est temps d’agir. Certaines sont réellement engagées pendant que d’autres vont se tourner vers des techniques mensongères. Avant de démasquer le greenwashing, il faut d’abord le comprendre. Cette technique de marketing au motivation douteuses peut en avoir plus d’un, si les explications ne sont pas claires. 

Le greenwashing 

Littéralement, le greenwashing signifie « écoblanchiment » ou « verdir ».

En résumé, le greenwashing est une technique de communication et de marketing utilisée par certaines entreprises pour se donner une image écoresponsable. C’est une manière de se donner bonne conscience et de tenter de sensibiliser une certaine clientèle. Cette technique abusive et mensongère a pour objectif de tromper les consommateurs en leur faisant croire que l’entreprise adopte une politique éco-responsable. On parle alors de publicité mensongère car le client est trompé

On peut retrouver cette pratique dans de nombreux secteur. En effet, dès qu’il est question de produits à vendre ou à promouvoir. Généralement les secteurs les plus touchés restent l’alimentation, les cosmétiques et l’automobile. Le secteur de l’automobile tourne souvent ses publicité en mettant en avant des arguments écologiques : souvenez-vous qu’une voiture polluera toujours puisqu’elle consomme de l’énergie ! (Encore une bonne raison de se mettre au vélo)

Comment fonctionne le greenwashing ? 

Cela consiste donc à « Verdir » l’entreprise en donnant une image écologique à la marque et ses produits alors qu’ils ne le sont pas. Son fonctionnement tourne autour d’arguments. Les entreprises vont avancer des faits, des explications sensées prouver les démarches écologiques de l’entreprises et de ses produits. Pour cela, les enseigne jouent alors avec le vocabulaire et les codes de l’écologie. L’entreprise va alors orienter son marketing en utilisant des arguments écologiques afin de développer une bonne image auprès des consommateurs, qui sont de plus en plus sensible à ce sujet. 

Évidements, certaines entreprises avancent des arguments qui sont réels, prouvés et leur motivation n’est pas de montrer absolument leur démarche écolo : elles ne sont alors pas dans une démarche de greenwashing. 

Comment reconnaitre le greenwashing ? 

Des critères ont alors été déterminées par des entreprises afin de reconnaître le greenwashing :

  • Mettre du vert sur des visuels et des packagings pour que l’on associe inconsciemment l’image à ce qui est naturel 
  • Utiliser du vocabulaire provenant du jargon écologique et des slogans abusifs. Des mots tels que « naturel » ou « green » ne suffisent pas à prouver leur origine !
  • Faire des promesse disproportionnées 
  • Mettre en valeur des mots ainsi que des chiffres « intéressant » 
  • Manquer de transparence 
  • S’auto-attribuer des labels et en inventer 
  • L’absence de preuves concrètes 

Donc pour être sûr de ne pas se faire avoir, on vous conseille de faire attention à certaines choses : 

  • On regarde la composition des produits 
  • On ne lit pas les étiquettes en travers et on prête attention aux labels utilisés
  • On ne se laisse pas avoir par des visuels, packagings et logos vert

Des exemples de greenwashing 

  • Détourner l’attention du consommateur.  Des marques décident de lancer des collection dites éco-responsables avec des matières dites respectueuses de l’environnement, en mettant ensuite en place une communication autour de ces vêtements. Seulement, la communication sera excessive comparée à la réalité de la collection. Elle en profite donc pour communiquer autour d’une « bonne action » détournant ainsi l’attention de ses mauvaises pratiques habituelles…
  • Le manque de transparence. Une entreprise communique autour de ses engagements envers l’écologie. Malheureusement les actions des marques ne sont pas toujours à la hauteur des mots. Elle peut affirmer être engagée sur la recherche et le développement (R&D) de l’écologie mais cela ne vaut rien si cet engagement ne signifie même pas 5% du budget total de l’entreprise pour ses R&D…
  • La création de faux labels. Des marques tentent de tromper les consommateurs sur leurs engagements en créant de faux labels. Par exemple, vous pouvez retrouver sur les emballages des produits « label pêche responsable », « label textile naturel » alors que ces derniers n’existent pas du tout ! 
  • Le mensonge. Des marques affirment que leur produits sont issus de matières recyclées alors que ce tissu recyclé ne compose que 30% du produit vendu ; Ou bien dire que leur bouteille en plastique est créée à partir de plastique végétal alors qu’il ne constitue que 20% de la bouteille… Le mensonge par omission est également présent : les marque inscrivent sur les étiquettes les quelques aspect positifs de leur produits, « oubliant » ainsi de vous révéler le reste (qui n’est bien sûr pas positif du tout)
  • Tromper le client avec le packaging. Les marques ajoutent du vert partout sur les emballages, ajoutent des visuels trompeurs tels que des arbres/plantes et abuser du champs lexical de l’écologie avec des phrases bateau telles que « Fraicheur naturelle », « extrait naturels ». Tous ces ajouts sur les packagings ne prouvent rien du tout puisque les produits restent bien souvent (et malheureusement) inchangés ! 

Est-ce que le greenwashing est légal ?

Aujourd’hui, le greenwashing est sanctionné ! Oui, il est désormais considéré comme une pratique commerciale trompeuse, ce qui l’interdit. Le montant de l’amende peut s’élever jusqu’à 80% des dépenses consacrées à la publicité mensongère. De plus, la sanction sera diffusée publiquement et la marque devra l’afficher sur son site internet. (Autant vous dire qu’on ne vous conseille pas cette pratique)

Même si cette loi n’est applicable qu’en France (on espère qu’elle va vite s’étendre à d’autres pays !), c’est un réel progrès dans une société de plus en plus éco-responsable !  

© Éthique Privée. Tous droits réservés.